vendredi 29 janvier 2010

Cuenod vient de participer à la modernisation à Tours d’une chaufferie urbaine de 8500 logements

UNE OPÉRATION SOUS LE SIGNE DE L'EFFICACITE ENVIRONNEMENTALE ET ENERGETIQUE.


La Société de Chauffage du Bord de Cher (SCBC, filiale de Dalkia) exploite, pour le compte de la ville de Tours, la gestion du chauffage et de l'eau chaude sanitaire pour un ensemble immobilier constitué de copropriétés, de logements sociaux et de bâtiments à usage collectif : école, gymnase, collège…. Soit l'équivalent de 8500 logements pour une population d'environ 15 à 18 000 habitants.

Pour assurer ce service, l'une des sources énergétiques est une chaufferie contenant 4 chaudières d'une puissance totale de 43 mégawatts. Elle dessert deux quartiers : pour l'un par 30 sous-stations alimentées en eau surchauffée à 180°C, pour l'autre, par 53 sous-stations en eau chaude à 110°C.

Cette chaufferie, vieille de 40 ans et classée ICPE, devait se moderniser et se mettre en conformité avec les toutes dernières réglementations sur les rejets atmosphériques. Cuenod gagna l'appel d'offres lancé par Dalkia.

La première tranche de travaux a été réalisée avec deux brûleurs duo blocs CC600 équipant une chaudière à gaz de 8 mégawatts. Un second brûleur, CC900, est prévu pour équiper une chaudière de 15 mégawatts, après vérification approfondie par l'Apave.

Cuenod doit son succès à la personnalisation d'une réponse garantie par un système de combustion à Bas NOx, une régulation précise de l'excès d'air et une plage de modulation étendue. La combinaison de ces 3 technologies associées dans un même et seul produit est un savoir-faire exclusif de Cuenod.

« Notre gestion d'O2 à consigne variable joue sur l'excès d'air en fonction de la présence d'une sonde additionnelle capable de mesurer en permanence la teneur en CO. Cette information qui permet d'abaisser au minimum la valeur de l'O2 est ajustée à chaque instant, quelle que soit la charge, pour ne délivrer que l'excès d'air minimal. Le gain observé est très sensible par rapport aux solutions classiques à consigne d'O2 fixe. Celle-ci, par sécurité, est très souvent largement surdimensionnée, puisque très souvent de l'ordre de 4%, donc malheureusement énergivore » explique M. MARKS Directeur de la Région Ouest Cuenod à Nantes et qui s'exclame :


« L'excès d'air existe mais, avec une valeur inférieure à 2% il est jugulé et participe peu à refroidir la flamme. Cette régulation, alliée à une plage de modulation étendue et de basses émissions de NOx, permet à nos brûleurs d'éviter une surconsommation bien inutile aujourd'hui »


En effet, le système de contrôle prend en charge les contraintes de sécurité et le travail permanent de la sonde génère toutes les huit heures une courbe idéale de la consigne d'O2, prenant en compte la charge de travail affectée au brûleur, l'humidité, la température de l'air et la quantité d'énergie.

La réglementation actuelle sur les rejets de NOx (*) exige pour ce type de chaufferie de ne pas dépasser le seuil de 120mg/m3. Cuenod affiche un score bien inférieur avec 100mg/m3 maximum. Le volume de rejets de la chaufferie a été diminué de 45%. « C'est la planète qui va être contente de l'apprendre ! Et Dalkia aussi, car cela fait partie de ses exigences de se montrer respectueux de l'environnement »

Dalkia est effectivement demandeur de scores «bas NOx(*)» et, c'est en approfondissant les points de supériorité des brûleurs industriels Cuenod, leurs références, leurs garanties de résultats et leurs faibles niveaux d'émissions que ces produits se sont naturellement imposés » confie Laurent Buffet de Dalkia, en charge de la rénovation de l'installation de la SCBC.
La régulation d'oxygène et de CO lui apparaît comme un atout majeur pour valoriser cette action et, «…les résultats mesurés aux plans sécuritaire, réglementaire et plages de modulation depuis octobre 2008 sont très intéressants. Ils garantissent par ailleurs l'essentielle continuité de service» poursuit-il.

Face à l'avancée technologique mise en avant dans cette rénovation, où brûleur et automates gèrent l'ensemble et où l'interface donne un diagnostic de synthèse, le personnel exploitant de la chaufferie a souhaité ajouter des composants qui leur permettront une prise en charge immédiate et un diagnostic rapide des anomalies. Cette rénovation s'inscrit entièrement dans les enjeux actuels de l'environnement dont DALKIA est un acteur majeur.

Laurent Buffet y voit « Une bonne occasion de montrer que nous sommes respectueux de l'environnement et de la réglementation».


(*) NOx :Abréviation chimique des composés d'azote et d'oxygène qui comprennent : le monoxyde d'azote (NO), le dioxyde d'azote (NO2), le Protoxyde d'azote(N2O), le dioxyde de carbone (CO2), le Tétraoxyde de diazote (N2O4) ,le Trioxyde d'azote (N2O3). Les composés analysés par les réseaux d'alerte et de mesure de la pollution de l'air sont NO et NO2, regroupés sous le terme générique d'oxydes d'azote (NOx)


Contacts presse :


CUENOD
Chiara Bergerone
Tél. : 04 50 87 84 34
charia.bergerone@aristonthermo.com

AGENCE DM&A
Catherine Pinoteau
Tél. : 01 30 70 68 89
agencedma@wanadoo.fr

--
Contact Presse:
CUENOD
Catherine PINOTEAU
01 30 70 68 89
catherinepinoteau@agencedma.fr
www.cuenod.fr

--

Communiqué envoyé le 29.01.2010 15:30:52 via le site Categorynet.com dans la rubrique Energie

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire